Les protocoles de communication

Un protocole de communication définit l’ensemble des règles qui précisent les modalités de fonctionnement d’une communication entre deux ordinateurs.

Il existe une multitude de protocoles, il ne s’agit pas de fournir ici une liste exhaustive mais d’énoncer les principaux protocoles utilisés. Le recensement de ces protocoles peut s’effectuer à par du modèle OSI présenté dans le paragraphe précédent. Voici quelques protocoles :

  • Couche physique :
  • CSMA/CD : protocole à accès multiple, par détection de porteuse et de collision,
  • RS 232 : norme de standardisation de communication de type série,
  • USB : bus informatique à transmission série servant à connecter des périphériques informatiques à un ordinateur.
  • IEEE 1394 : protocole pour interface série multiplexée (données et signaux de commande) dont le nom commercial est Firewire,
  • Bluetooth : normes pour établir une connexion radio sur une courte distance (de 10 à 100 m),
  • Couche liaison :
  • Ethernet : protocole de réseau local à commutation de paquets (standard IEEE 802.3),
  • HDLC : protocole de transfert de trames avec contrôle d’erreur (ISO 3309),
  • PPP : protocole de transmission pour Internet, fortement basé sur HDLC, utilisé pour établir une connexion de entre deux hôtes,
  • IEEE 802 : norme des liaisons sans fil support de la technologie Wi-Fi,
  • Couche réseau :
  • NetBEUI : protocole non-routable de réseau local,
  • IPX/SPX : protocole de transmission de paquets à travers un réseau local, développé par Novell (Novel NetWare),
  • IP : protocole de communication d’Internet basé sur un service d’adressage unique pour l’ensemble des équipements connectés :
  • IPv4 (version 4) : adresse IP sur 32 bits (4 octets de 0 à 255),
  • IPv6 (version 6) : adresse IP basé sur 128 bits (16 octets : 8 groupes de 2 octets),
  • ATM : protocole de transmission de données par cellules de 53 octets,
  • Couche transport :
  • TCP : protocole de transport, utilisé par Internet, fiable en mode connecté (établissement d’une session de communication pour échanger des données) qui découpe un message par paquets (coté émetteur) et le recompose après vérification (coté récepteur) ; la taille des paquets dépend du réseau (MTU),
  • UDP : protocole de transport, utilisé par Internet, non-fiable en mode non-connecté,
  • Couche session :
  • SIP : protocole standard ouvert de gestion de sessions,
  • AppleTalk : protocole de communication d’Apple basé le plus souvent sur des trames Ethernet,
  • TLS, anciennement nommé SSL : protocole de sécurisation des échanges sur Internet fonctionnant en mode client-serveur ; il authentifie le serveur, assure la confidentialité et l’intégrité des données échangées,
  • Couche application :
  • HTTP : protocole client-serveur développé pour le World Wide Web (WWW),
  • HTTPS : protocole HTTP sécurisé s’appuyant sur le protocole TLS,
  • SSH : protocole qui impose un échange de clés de chiffrement en début de connexion,
  • FTP : protocole client-serveur destiné à l’échange de fichiers,
  • SNMP : protocole de gestion de réseau utilisé par les administrateurs pour gérer les équipements, superviser et diagnostiquer des problèmes réseaux,
  • POP3 ou IMAP : protocoles de messagerie électronique utilisé pour récupérer les courriers électroniques,
  • IRC : protocole de communication textuelle utilisée pour la messagerie instantanée, ancêtre de XMPP,
  • XMPP : protocole client/serveur standard de messagerie instantanée pour les échanges de messages, instantanés ou non, au format XML, langage informatique de balisage générique.
  • SMTP : protocole de messagerie électronique utilisé pour transférer le courrier électronique.

Outre ces protocoles, il existe des recommandations qui intègrent plusieurs couches du modèle OSI. Par exemple, X.25 est une norme pour la commutation de paquets en mode point à point offrant de nombreux services ; cette norme couvre les trois couches basses du modèle OSI.

Outre ces différents protocoles couramment utilisés lors des communications en applications, il existe également des protocoles définis pour normaliser les transactions échangées dans un secteur d’activités donné (commande, avis de réception facture, avis d’expédition, appel d’offres, etc.). EDI formalise les messages échangés en définissant leur syntaxe et leur sémantique. De nombreuses normes ont été définies dans différents cadres, citons par exemple :

  • au niveau français : GALIA (automobile), GENCOD (grande distribution), INNOVERT (transport), ETEBAC (banque),
  • au niveau européen : GTF (transport terrestre), ODETTE (automobile), EAN (distribution), Edifice (électronique).
  • au niveau international : IATA (transport aérien), SWIFT (banque), RosettaNet (électronique).

La multiplicité des normes pose problème lors des échanges internationaux (échanges entre Europe et Asie, par exemple) ou intersectoriels (entreprise fournissant des composants électroniques à un constructeur automobile, par exemple). Face à cette situation, un langage commun, EDIFACT est défini comme une norme mondiale et multisectorielle.